Soudan du Sud : Nos efforts portent leurs fruits !

Il y a un an, Caritas Luxembourg faisait appel à votre générosité afin de lutter contre la famine au Soudan du Sud. Aujourd’hui, nous sommes fières, heureux et émus de vous annoncer que nos efforts n’ont pas été vains ! Notre collaborateur permanent au Soudan du Sud, François Nzabahimana, nous a en effet récemment fait état de belles avancées dans la région dans laquelle travaille Caritas Luxembourg. La santé des enfants s’améliore sensiblement, les récoltes sont meilleures et des villageois reviennent occuper les terres qu’ils avaient abandonnées des mois ou des années plus tôt.

Mais si la situation tend à s’améliorer, le combat est cependant loin d’être gagné. Sur l’ensemble du territoire, la famine n’a pas reculé : 6,3 millions d’habitants sur les 11 millions que compte le pays se trouvent toujours en état d’insécurité alimentaire. La guerre et les conflits intercommunautaires rendent par ailleurs toutes nos activités plus difficiles à mettre en place. Enfin, des conditions climatiques erratiques - avec des périodes de sécheresses trop longues et des pluies courtes et imprévisibles - s’ajoutent à ce contexte difficile et rendent la situation plus délicate encore.
C’est pour toutes ces raisons que notre soutien à la population sud-soudanaise reste nécessaire. Notre travail commence certes à porter ses fruits, mais le chemin à parcourir est encore bien long. Un soutien à long terme demeure donc indispensable.

Ne laissons pas tomber la population du Soudan du Sud, elle a besoin de nous à ses côtés pour s’en sortir.

Nos activités au Soudan du Sud

Les projets de Caritas Luxembourg au Soudan du Sud visent principalement à lutter contre la malnutrition et à améliorer l’agriculture. Des semences et des cochons sont ainsi par exemple distribués aux fermiers. Les agriculteurs sont formés à de nouvelles techniques de culture et reçoivent les conseils d’agronomes. La production agricole s’en ressent. Grâce aux revenus supplémentaires liés à la revente de leurs produits, certains fermiers ont ainsi pu pour la première fois payer les frais de scolarité de leurs enfants.

Mais l’une des actions les plus importantes est sans doute le programme de lutte contre la malnutrition des enfants de moins de 5 ans ainsi que des femmes enceintes et allaitantes. Dans chaque village, Caritas Luxembourg collabore avec des mamans éducatrices. Il s’agit de femmes qui ont été préalablement formées et qui sont chargées de détecter les cas de malnutrition, de donner des conseils aux jeunes mamans ou encore de les former dans la production de compléments alimentaires en utilisant des produits et des légumes locaux.

Dans certaines zones couvertes par les activités de Caritas Luxembourg, on observe une diminution tangible de la malnutrition.

« J’ai visité pour la première fois en mars 2017 le village de Aleya, dans lequel presque tous les enfants en-dessous de 5 ans présentaient des signes de malnutrition. Avec la nutritionniste du projet et les mamans éducatrices des villages voisins, nous avons mené des actions spécifiques de formation, de sensibilisation et de fabrication de porridge. Lors de ma dernière visite dans ce village au mois de mai 2018, j’ai constaté un réel changement : les mamans connaissent à présent beaucoup mieux les causes et les symptômes de la malnutrition, et quelles réponses elles doivent y apporter. Les enfants sont en bien meilleure santé. Ils reçoivent pour la plupart trois repas par jour, dont du porridge à base de millet. De nombreuses familles ont aussi aménagé des jardins familiaux qui leur permettent de profiter de plus de légumes », témoigne François Nzabahimana, collaborateur permanent de Caritas Luxembourg sur place.

« Tous ces changements sont des indicateurs plus que positifs de l’impact de notre travail et de vos dons ! » ajoute-t-il encore.

Faire un don