Bangladesh : Des portes sur l’avenir pour des victimes d’abus

Kanti a 23 ans. Elle est arrivée du Bangladesh pour travailler au Liban comme employée de maison. Elle n’aime que le riz, ne parle pas l’arabe et avait du mal à utiliser les appareils ménagers comme l’aspirateur et le fer à repasser. Comme elle, 52.6 millions de femmes quittent leur famille pour partir vers l'inconnu travailler dans un pays étranger. Souvent, elles ne sont pas bien informées et qualifiées pour les travaux et sont parfois victimes d’abus de leurs droits fondamentaux.

Au Liban 200.000 femmes d'Afrique et d'Asie sont au service de familles et d'employeurs libanais au quotidien. Elles sont des citoyennes de seconde classe et à la merci d'un système administratif où elles deviennent la propriété de l'employeur. Elles travaillent pour nourrir leur famille restée au pays; certaines sont bien intégrées dans les familles libanaises connues pour leur hospitalité et elles renouvellent leur contrat de travail. Mais souvent, elles deviennent victimes d'exploitation au travail et même d'abus sexuels et de violences physiques.

La pauvreté et le chômage étant les principaux éléments incitateurs dans leur pays d’origine, beaucoup d’hommes et de femmes prennent les risques associés à la migration dans l'espoir d'améliorer la situation de leurs familles sur le long terme. De plus en plus, leurs gouvernements encouragent cette migration, car l'économie nationale dépend de ces revenus.

L’action de Caritas Luxembourg

Caritas Luxembourg offre aux personnes concernées une aide psycho-sociale directe et un accompagnement juridique voire une protection dans un foyer d’hébergement pour femmes migrantes et victimes d’exploitation.

Des campagnes de sensibilisation et de plaidoyer sont organisées pour informer le grand public et les parties clés sur la problématique de la migration. Le projet cherche aussi à soutenir les migrantes dans les centres d’hébergement et après leur retour dans leur pays d’origine en leur fournissant des formations professionnelles et des subventions pour les aider dans leur recherche de travail et l’amélioration de leur quotidien.

                                                                                                

Ce projet est financé par l'Union européenne.

Plus d'informations :  Soutien aux travailleuses migrantes, demandeurs d'asile et réfugiés

Faire un don en faveur des projets de travail social