Soudan du Sud : Mieux nourrir les familles par une meilleure production agricole

Contexte

Au Soudan du Sud, le cessez-le-feu signé en 2005 a permis à un grand nombre de réfugiés de regagner leur village d’origine et de voter massivement pour l’indépendance, obtenue le 9 juillet 2011. Mais dans les régions où les populations vivent traditionnellement de l’élevage et de l’agriculture, le taux de malnutrition des enfants était de 11% pendant la sécheresse en 2009 et la malnutrition chronique demeure élevée. Ceci même dans les zones fertiles de la Province d’Equatoria-Oriental. Les paysans, faute de moyens, labourent leurs terres à la main et les conditions d’hygiène sont déplorables. Le développement est en outre freiné par les conflits locaux pour les faibles ressources, principalement près des points d’eau.

L’action de Caritas Luxembourg

Depuis dix ans, Caritas Luxembourg soutient les personnes défavorisées dans les domaines de la santé, de la sécurité alimentaire et de l’approvisionnement en eau, en collaboration avec la Caritas de Torit, qui était la seule institution fonctionnelle pendant la guerre, notamment avec ses écoles à travers toute la Province d’Equatoria-Oriental.

Le programme de suivi des enfants victimes de malnutrition et d’amélioration des techniques agricoles des familles s’est étendu à plusieurs districts. Actuellement, plus de 10.000 familles sont soutenues. Une ferme expérimentale, gérée par un agronome, trois conseillers et dix bénévoles, prodigue aux paysans des conseils sur les techniques de culture, améliorant ainsi la quantité et la qualité de leur production. Les avantages des semences diversifiées et multipliées sur les champs de démonstration font leurs preuves sur la ferme de Caritas Torit. Les techniques sont reproduites sur les terrains des villageois. Ce sont surtout les femmes qui bénéficient de ces formations. Elles ont ainsi pu enrichir les repas quotidiens de leur famille de fruits et légumes produits dans leur jardin ou sur leurs parcelles récemment établies. Les réfugiés qui retournent dans leur communauté d’origine reçoivent également des semences et des outils pour faciliter leur réintégration. Un don de 50 EUR permet de financer 50 kg de semences.

Par ailleurs, une diététicienne et six bénévoles instruisent les mères sur l’allaitement, l’alimentation pendant la grossesse et le rôle des vitamines et des sels minéraux. Les cours traitent aussi des mesures d’hygiène, du diagnostic des maladies infantiles, et des nutriments disponibles dans un jardin potager. Les équipes de nutritionnistes sillonnent régulièrement les villages pour suivre le développement des enfants et leur croissance. En cas d’urgence, les enfants malnutris reçoivent une nourriture spécialement adaptée et sont référés à l’hôpital de Caritas Torit à Isohe, où une équipe médicale les prend en charge. Si la situation alimentaire générale commence à s’améliorer, il reste encore beaucoup à faire pour réduire la malnutrition et mener la région vers l’autosuffisance alimentaire.

Cette aide aux personnes dans le besoin au Soudan du Sud bénéficie d'un soutien de « Diddeleng Helleft a.s.b.l. ».

Faire un don pour les projets de sécurité alimentaire