Cap Vert : Des potagers pour des familles en situation de pauvreté

Au Cap-Vert, plus de 80 % des familles pauvres vivent en milieu rural. La rareté des ressources naturelles rend la population largement dépendante de biens alimentaires importés à des prix élevés. Bien que la majorité des familles pratique l’agriculture, cette activité demeure très peu productive, du fait du manque de terres arables et des sécheresses récurrentes. Les pénuries alimentaires sont par conséquent fréquentes. Face à la pénurie en eau et en pâtures, le retard d’une saison des pluies peut avoir de lourdes conséquences pour les éleveurs. Ils sont souvent obligés de vendre une partie de leur cheptel pour subvenir aux besoins des animaux restants.

Caritas Luxembourg soutient son partenaire local afin de renforcer la sécurité alimentaire. L’objectif est de créer les conditions nécessaires à un développement durable et autonome. Le projet prévoit notamment des activités telles que l’aménagement de petits jardins potagers, la fabrication de produits alimentaires ou la construction d’abris collectifs pour le bétail. La sensibilisation de la population à la citoyenneté et à l’engagement communautaire fait également partie du projet. La mise en place de petits potagers a pour objectif premier de diversifier le régime alimentaire des familles pauvres. Mais une culture maraîchère peut aussi devenir une source de revenus, lorsque les besoins alimentaires de la famille sont satisfaits.

Pour pallier au manque d’eau, des citernes de récupération d’eau de pluie sont utilisées. Elles sont construites, sous assistance, par les populations elles-mêmes. Une technique d’arrosage appelée « goutte-à goutte », développée dans le cadre du projet, apparaît comme une alternative intéressante aux méthodes classiques. Elle consiste à apporter un minimum d’eau au pied de chaque plant, évitant ainsi l’évaporation et l’arrosage de zones non cultivées.

Caritas fournit aux familles intéressées par l’agriculture le matériel nécessaire pour débuter. Il s’agit essentiellement de semences, de caisses en bois et de bâches en plastique pour la récupération de l’eau. Les familles sont également formées aux techniques de culture ainsi qu’à la fabrication du compost, et elles sont sensibilisées à la récupération des eaux usées.
 

Faire un don pour les projets de sécurité alimentaire