Soudan du Sud : Aidez-nous à les aider !

   

Le Soudan du Sud est un pays à l’équilibre fragile et précaire. En plus des guerres incessantes qui poussent la population à abandonner ses terres pour se mettre en sécurité, le pays a été déclaré en état de famine en février dernier. L’ampleur des besoins humanitaires est sans précédent, avec une personne sur trois déplacée de son foyer. Le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire sévère a quant à lui atteint 6 millions de personnes, sur une population totale de 11 millions.

Depuis plus de 10 ans maintenant, Caritas Luxembourg vient en aide aux victimes de malnutrition au Soudan du Sud et met en place des programmes qui visent à améliorer et diversifier l’alimentation de la population. Pour rendre l’aide la plus efficace possible, nous bénéficions de l’appui de notre collaborateur permanent sur place, François Nzabahimana.

Les enfants sont les plus vulnérables face à la malnutrition. Parmi eux, Thomas. Il a 2 ans. Quand il est né, sa mère, qui souffrait elle-même de malnutrition, n’avait pas de lait maternel et n’a pas pu l’allaiter. Thomas, sous-alimenté, ne prenait presque pas de poids. Sa croissance était très lente, il était très affaibli et constamment malade. Il y a 10 mois, son état s’est encore aggravé. Sa mère l’a emmené au centre de nutrition de Caritas Luxembourg à Palotaka où il a immédiatement été pris en charge. Il y a reçu des compléments alimentaires et des farines de sevrage composées de millet, de soja, de pâtes d’arachides et de poisson séché. Il a également reçu des soins qui ont permis de traiter les diarrhées et les troubles respiratoires dont il souffrait. Après plusieurs semaines de traitement, Thomas a commencé à aller beaucoup mieux. Thomas et sa maman ont aujourd’hui rejoint leur village. Thomas y est suivi par les nutritionnistes du projet, deux fois par mois. Il y est pesé et mesuré. Sa maman reçoit des informations sur les soins à lui prodiguer et elle apprend comment cuisiner elle-même des compléments alimentaires tels que du porridge ou des beignets de soja, avec des légumes et des produits locaux. Pendant ce temps, Thomas en profite pour jouer avec les autres enfants. Il peut enfin rire et courir avec eux, sans être affaibli au moindre effort. Il est sauvé.

François Nzabahimana, collaborateur permanent de Caritas Luxembourg explique: « Cela fait plusieurs années maintenant que je suis au Soudan du Sud. La situation a toujours été compliquée entre les sécheresses à répétition, le manque d’outils agricoles, de semences fiables. Puis la guerre a frappé. Et avec elle, la famine. Les villageois ont quitté leurs villages pour aller chercher refuge ailleurs. Sans ressources, sans terres à cultiver. Ils ont souvent tout abandonné derrière eux et ont besoin de tout. Et en même temps, le prix des rares denrées disponibles a flambé. Les enfants sont ceux qui souffrent le plus du manque de nourriture et des maladies liées à la malnutrition. Je n’ose même pas imaginer ce qu’ils deviendraient sans les efforts et le soutien de Caritas Luxembourg ».

 

     

Des  millions d’autres enfants comme Thomas souffrent encore de la faim au Soudan du Sud. Les Nations-Unies craignent d’ailleurs une recrudescence de la famine dans les mois à venir, lorsque les quelques récoltes encore existantes seront épuisées. 30€ permettent déjà de fournir des compléments alimentaires et de soigner un enfant durant tout un mois, ce qui correspond à 1€ par jour. Combien d’enfants pouvez-vous nous aider à soutenir ?

Faire un don