Lancement de la campagne "Rethink your Clothes"

Mercredi 28 mars 2018

Lancement de la campagne "Rethink your Clothes"

Le 27 mars 2018, le ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire, Romain Schneider, et les organisations non gouvernementales de développement (ONGD), Fairtrade Lëtzebuerg a.s.b.l. et la Fondation Caritas Luxembourg, ont présenté et lancé une campagne de sensibilisation intitulée "Rethink your Clothes". Ladite campagne, qui sera mise en œuvre par les deux ONGD, vise à sensibiliser le grand public luxembourgeois aux défis de l’industrie textile. En effet, dans le monde, des dizaines de millions de personnes travaillent dans le secteur du textile et de l’habillement ; un secteur qui crée de nombreux emplois, notamment dans les pays en développement. Toutefois sa longue et complexe chaîne d’approvisionnement présente des risques très élevés de violation de droits de l’homme et un impact néfaste sur l’environnement.

Comme l’a précisé le ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire, Romain Schneider : "Le commerce mondial du prêt-à-porter représente une valeur estimée à 2,8 milliards d’euros et emploie près de 60 millions de personnes. Parmi celles-ci, trois quarts sont des femmes, dont le travail dans le secteur textile dans les pays en développement contribue aux revenus de leur famille et à la réduction de la pauvreté." Le ministre a ajouté que : "La campagne permettra de contribuer à la réalisation de l’Agenda 2030 et plus spécifiquement aux ODD 1 (pas de pauvreté), ODD 8 (travail décent et croissance économique), ODD 9 (industrie, innovation et infrastructure) , ODD 10 (inégalités réduites) , ODD 12 (consommation et production responsables) et ODD 17 (partenariats pour la réalisation des objectifs). Elle est également en ligne avec l’initiative mondiale pour l’emploi décent des jeunes que la Coopération luxembourgeoise appuie avec le Bureau international du travail, en ciblant en particulier les pays partenaires de la Coopération luxembourgeoise, notamment la région du Sahel."

Pour Jean-Louis Zeien, président de  l’ONG Fairtrade Lëtzebuerg, cette campagne  permettra de sensibiliser le grand public, les responsables d’achats dans les administrations publiques et les entreprises mais également les commerçants et revendeurs d'habits aux défis sociaux et environnementaux existants dans la filière du textile. Monsieur Zeien a souligné que "Nous comptons qu’il y ait au cours des prochains mois, une vraie prise de conscience et un changement de comportement d’achat concret ici au Luxembourg, afin d’assurer que les habits que nous portons ne soient pas réalisés avec des « matières malsaines », comme par exemple, le travail forcé, le travail des enfants, des normes de sécurité indignes, la répression syndicale. Les producteurs de coton, travailleurs et travailleuses dans l’industrie du textile ne doivent pas être les victimes des "Fashion victims" et de notre mode de consommation."

Marie-Josée Jacobs, présidente de Caritas Luxembourg a mentionné qu’ "au cours des 15 dernières années, la production de vêtements a approximativement doublé, entrainée par la croissance de la classe moyenne à travers le monde. L’industrie textile se focalise sur la rapidité des collections qui met sous pression les employés des usines… le Bangladesh est encore un pays  où les violations des droits des travailleurs sont fréquentes. Le harcèlement moral et sexuel font en effet partie du quotidien. Cette campagne cherche à encourager le grand public à assumer sa responsabilité citoyenne et à réfléchir au lieu et à la manière dont on achète ou se débarrasse de ses vêtements en mettant en évidence les alternatives possibles."

A l’occasion du lancement de la campagne "Rethink your clothes", Tommy Klein, chargé d’études auprès de TNS Ilres, a présenté les résultats d’une enquête nationale concernant la consommation textile responsable au Luxembourg. Cette enquête réalisée dans le cadre de la campagne a été menée auprès de 510 résidents luxembourgeois au cours des mois de février/mars 2018. Les résultats de l’enquête ont permis de montrer que les critères ayant trait à une réflexion d’éthique sont marginaux à l’heure actuelle. Pour changer ce genre de comportement le sondage a établi que l’information est primordiale ainsi qu’une plus grande offre de textile éthique. Lorsque des conditions de travail déplorables de l’industrie textile sont mises en cause, c’est-à-dire en cas de scandale relevé à travers les informations, plus de 50 % des personnes sondées seraient prêtes à abandonner les marques mises en question.

Revenir à la liste des actualités